“Changer le regard sur le handicap et accompagner les personnes déficientes visuelles sur le chemin de l’autonomie, c’est le défi que lance la Fondation I See ”
- Frédéric Storme -

Poisson d’Avril : La Fondation I See se lance dans l’éducation de mouton-guide !

Illustration : Photo d'une brebis dans une étable

Certains d’entre vous l’auront deviné, nous nous sommes laissés tenter par la tradition du poisson d’avril. Notre but était de mettre en lumière l’interminable liste d’attente de demandeurs de chiens-guides ainsi que l’importance de leur éducation et formation. Rien que pour cette année, une vingtaine de personnes attendent à la Fondation ce compagnon à 4 pattes qui améliorera leur autonomie. Notre rêve est que les temps d’attente soient plus courts. Notre enthousiasme nous a donc poussés à envisager les solutions les plus folles afin de répondre aux attentes de tout le monde ! Notre priorité reste bien entendu le chien dont les nombreuses qualités ne sont plus à prouver mais, comme toujours nous sommes ouverts à l’innovation ! Nous espérons que vous vous êtes pris au jeu et que ceci vous donnera envie de mieux connaître nos activités.

« Pourquoi le mouton ? »

Il s’agit sans doute de la première question qui va vous venir à l’esprit. Après de longues recherches, beaucoup de questions et de remises en question, nous en sommes venus à la conclusion que cet ovidé était la meilleure alternative au chien-guide.

Voici les différentes raisons qui nous ont poussés à nous lancer dans cette folle aventure :

Tout d’abord, le mouton a une excellente audition ainsi qu’une vue périphérique impressionnante (270° à 320°). Deux sens primordiaux et qui permettent de guider en toute sécurité.

Ensuite, cet animal de la grande famille des ruminants a également un QI plus élevé que ce qu’on pourrait le croire et qui le place juste derrière les porcs et les vaches. Des études ont prouvé (entre autres dans le Yorkshire en Angleterre) que le mouton avait la capacité de résoudre des problèmes. Dans ce cas-ci, il a trouvé le moyen de traverser des grilles placées sur le sol en se déplaçant sur le dos.
La technique du clicker fonctionne à merveille. La seule différence est qu’ils ne sont pas récompensés par des croquettes ou des bonbons, mais part de l’herbe, des trèfles ou encore des bouts de carottes.

De plus, cette boule de laine sait également reconnaître les visages humains, s’en rappeler longtemps et est même capable de différencier des états émotionnels par les caractéristiques de la figure.

Par ailleurs, son espérance de vie est égale à celle du chien, donc de 10 à 12 ans, mais peut également aller jusqu’à 20 ans.

D’autre part, le mouton est non allergisant et ne perd pas ses poils. La douceur de sa laine ne pourra que combler le sens du toucher des déficients visuels, la Fondation I See prévoit d’ailleurs des ateliers de tonte et de tissage de laine pour que les utilisateurs malvoyants et non-voyants soient totalement autonomes dans l’entretien de leur guide et la confection de vêtements au look unique.

Enfin, c’est un animal docile, robuste, de bonne taille et d’un naturel patient.

Et, cerise sur le gâteau : adieu les sacs à crottes, et caniveaux, ce nouveau compagnon sera équipé d’un sac à crottin identique à ceux des chevaux d’attelage.

Vous comprendrez donc qu’une fois tous ces paramètres réunis, nous n’avons plus hésité longtemps !

Nos moutons en formation

Nous avons décidé de nous concentrer principalement sur les Hampshire, et leurs croisés. Il s’agit d’une race ovine originaire d’Angleterre. Ces moutons ont la laine blanche couvrant, en partie, une tête à la peau noire.

Quinoa
Quinoa est une brebis de 1 an et demi. Sa famille d’accueil, Thérèse et Philippe, vit dans la campagne de Jodoigne et a fait un travail de titan. Ils ont tout de suite cru dans notre projet et nous ont fait confiance.
Aujourd’hui nous sommes fiers de dire que Quinoa est presque prête. Elle a vite appris la guidance, elle évite les obstacles et les dangers et s’est très bien adaptée au harnais rigide. Dans quelques semaines, nous la présenterons à Antoine, son futur utilisateur et nous commencerons son stage de remise de 2 semaines, avant une phase test de 3 mois. Nous avons hâte de pouvoir certifier notre premier mouton-guide, sans doute d’ici fin 2018 !


Rose
Rose est une petite agnelle de 4 mois seulement. Elle a rejoint sa famille d’accueil il y a quelques semaines. Il s’agit d’un jeune couple, Grégoire et Natacha, qui l’accueille dans une petite maison de Jeneffe, en province de Liège. L’adaptation à la maison se passe très bien. Rose fait déjà presque ses nuits sans bêler, elle reconnaît son nom et attend avant de manger son bol de foin. Elle comprend très rapidement ce qu’on attend d’elle et c’est un véritable plaisir de la voir évoluer semaine après semaine. Nous avons d’ailleurs été témoins de sa première sortie en laisse ! Ça n’a pas été facile au début mais grâce aux conseils de nos éducateurs, Rose reste au pied sur de courts trajets. À suivre donc !


Rhino
La relève est même déjà assurée ! En effet, Rhino est né il y a à peine quelques jours. Il porte déjà fièrement le foulard I See et nous l’habituons tant que possible à l’homme et aux manipulations. En effet, nous manipulons l’animal dès son plus jeune âge afin qu’il soit habitué au contact humain, et surtout préparé aux caresses et câlins des personnes qu’il rencontrera tout au long de sa vie : dos, ventre, pattes, oreilles, museau, tout y passe !
Nous sommes également à la recherche d’une famille d’accueil prête à partager de moments riches en émotion avec Rhino. Il sera prêt à rejoindre un foyer à partir de mi-mai. N’hésitez pas à nous contacter si l’aventure vous tente !


Nous espérons de tout coeur que ce projet vous enthousiasme autant que nous et vous donnons des nouvelles de Quinoa, Rose et Rhino très rapidement !

De l’aide ou des infos?

contact@fondationisee.be
0475/22.22.02

Témoignage d’Alain et Barbara

Témoignage d'Alain et Barbara

Alain et Barbara sont les heureux parents de 3 enfants : Julien (11 ans), Louise (8 ans) et Léon (3,5 ans). Trois semaines après la naissance de (...)


Témoignage d’Alain et Barbara