“Changer le regard sur le handicap et accompagner les personnes déficientes visuelles sur le chemin de l’autonomie, c’est le défi que lance la Fondation I See ”
- Frédéric Storme -

Se maquiller sans se voir ? C’est possible ! Avec I See et J’avais pas vu

Illustration : photo de la table avec tous les produits de maquillage utilisés lors de l'atelier.

Sortir de chez soi, maquillée mais sans avoir pu se voir dans miroir… risqué ? C’est en tout cas le défi qui se présente à toutes les femmes déficientes visuelles. Personne n’a envie d’arriver au bureau avec une trace de mascara sur les paupières, une joue plus maquillée que l’autre ou un fard à paupière trop voyant. Pour garantir la réussite d’un maquillage sans miroir, il y a pourtant une solution : des gestes minutieux et les bons produits.

Véronique Barreau, responsable de l’organisation J’avais pas vu en sait quelque chose : il y a une dizaine d’années, elle a mis en place un protocole de gestes très précis qui permet aux femmes non-voyantes de réussir un maquillage professionnel sans miroir et sans regard extérieur.

Le 11 mai dernier, nous avons permis à Bégonia, Coline, Donatienne, Johanne, Larisa, Laurence et Shona de bénéficier des précieux conseils de Véronique et de Carla de J’avais pas vu, lors d’ateliers maquillages organisés à Bruxelles.

Comme on l’entend souvent : « Une belle peau, n’a presque pas besoin de maquillage. » Alors, avant de passer au maquillage, nous débutons l’atelier par un retour aux notions de base : le soin du visage. Nettoyer sa peau matin et soir avec une lotion micellaire et hydrater quotidiennement son visage sont des gestes essentiels pour protéger sa peau et la garder naturellement jeune.

Une fois la peau préparée, nous pouvons passer au maquillage proprement dit. Chaque participante a devant elle une trousse contenant les produits dont elle a besoin et qui correspondent à son teint : base et fond de teint, blush, fard à paupières, mascara et gloss pour les lèvres.

Pour chacun de ses produits, Véronique et Carla vont diriger de manière très précise les gestes des participantes : la manière de prendre le produit dans le récipient, la quantité de produit à appliquer et la manière de disposer le produit sur le visage.

Appliquer du mascara peut-être délicat pour celles qui n’y sont pas habituées. Nous commençons donc avec du mascara transparent qui ne risque pas de laisser de traces mais allongera les cils. Après quelques jours de pratique, on pourra passer à la couleur !

Outre la précision dans les gestes, c’est aussi la pratique et l’habitude qui permettra aux femmes déficientes visuelles d’acquérir de l’assurance et ainsi de se maquiller plus facilement et plus rapidement.

La déficience visuelle n’ôte pas aux femmes l’envie de prendre soin d’elles-mêmes. La philosophie de J’avais pas vu et d’I See vont dans le même sens : offrir à chacun l’opportunité d’être plus autonomes et les aider à mieux gérer leur image.

De l’aide ou des infos?

contact@fondationisee.be
0475/22.22.02

Témoignage d’Arnaud Dresse, D’Ieteren

Témoignage d'Arnaud Dresse, D'Ieteren

Comment avez-vous appris à connaître la Fondation I See ? Qu’est ce qui vous a séduit dans le projet ?
A.D. : J’ai appris à connaitre la Fondation I (...)

Témoignage d’Arnaud Dresse, D’Ieteren