“Changer le regard sur le handicap et accompagner les personnes déficientes visuelles sur le chemin de l’autonomie, c’est le défi que lance la Fondation I See ”
- Frédéric Storme -

Apprendre à votre chiot à faire ses besoins à un endroit spécifique

Apprendre à son chien à faire ses besoins à un endroit spécifique (le caniveau, un coin d'herbe un endroit précis du jardin) est bien utile pour plusieurs raisons : facile à retrouver et ramasser, pas d'accident, ni de chaussures souillées, etc.

Apprendre à son chien à faire ses besoins à un endroit spécifique (le caniveau, un coin d’herbe un endroit précis du jardin) est bien utile pour plusieurs raisons : facile à retrouver et ramasser, pas d’accident, ni de chaussures souillées, etc.

Cette initiation se fait dès le plus jeune, dès l’arrivée du chiot à la maison, et en parallèle à l’apprentissage de la propreté. N’hésitez pas à consulter notre article à ce sujet.

Pourquoi apprenons-nous à nos futurs chiens-guides à faire leurs besoins dans le caniveau ?

Premièrement, nous souhaitons habituer le chien à faire ses besoins sur n’importe quelle surface. Ceci permet d’avoir un animal adaptable à n’importe quel environnement et d’éviter de nombreux problèmes.

Exemple : Imaginons une remise à une personne qui vit dans un appartement sans verdure à proximité. Si le chien a été habitué à faire ses besoins uniquement dans de l’herbe, les premières semaines vont être très difficiles et le stresser. Il risque de ne pas faire ses besoins en sortie, de se retenir. Il y aura alors de fortes qu’il se soulage dans l’appartement ou pire qu’il se rende malade. Il est donc judicieux de lui apprendre à se soulager sur différentes surfaces.

Deuxièmement, il s’agit d’une question de civisme. Effectivement, lorsqu’un chien fait ses gros besoins sur le trottoir, nous sommes dans l’obligation de ramasser. Cependant, c’est un acte compliqué pour une personne déficiente visuelle. Pour garder le trottoir propre et éviter que quelqu’un marche dedans, nous apprenons, dans la mesure du possible, au chien à descendre dans la rigole du trottoir pour faire ses besoins.

Les différentes étapes d’apprentissage

  • Choisissez un lieu précis et délimité : Dans votre jardin, dans votre cour, dans le caniveau. Il faut que cet endroit soit facile d’accès, car vous devrez y accompagner votre chiot.
  • Amenez votre compagnon à quatre pattes là-bas chaque fois qu’il doit faire ses besoins. Plus vous l’emmènerez fréquemment, plus l’apprentissage sera efficace. Il est impératif de l’accompagner à chaque fois.
  • Associez un mot à l’action. Dites-lui le mot choisi, doucement, quand il fait ses besoins. Il vous sera alors possible de vérifier s’il a bien compris où sont ses toilettes, puisqu’il se dirigera vers cet endroit lorsque vous prononcerez le mot. Ceci permettra aussi, plus tard, de le stimuler et de l’encourager à se faire ses besoins rapidement ou de lui donner la permission de faire ses besoins dans un endroit semblable, comme une rigole de trottoir par exemple.

À chaque fois que votre chien s’effectue à l’endroit voulu, récompensez et félicitez-le. Étant donné qu’on restreint son endroit de toilette, cela peut prendre du temps. Il va falloir faire preuve de patience et de persévérance. Pendant ce moment d’attente, soyez détendu et n’hésitez pas à marcher dans la zone autorisée pour le stimuler.

Astuce : S’il y a des accidents (et il y en aura), isolez votre chiot, ramassez, nettoyez bien pour effacer les odeurs et mettez ses excréments dans sa zone de toilette afin de l’inciter à y faire ses besoins la prochaine fois.

Conseil : Gardez l’endroit choisi propre. Si l’endroit est sale, rempli de besoins, votre chien ne voudra pas y aller.

En conclusion, avec un peu de patience et quelques friandises, vous avez les clés en main pour apprendre à votre chiot à faire ses besoins à un endroit bien spécifique.

De l’aide ou des infos?

contact@fondationisee.be
0475/22.22.02

Témoignage de Marc


Marc a 61 ans et vit à Bruxelles. Il est Papa de 3 enfants et déjà grand-père de 4 petits garçons qui ont entre 2 et 7 ans. A la fin de la trentaine, (...)


Témoignage de Marc