“Changer le regard sur le handicap et accompagner les personnes déficientes visuelles sur le chemin de l’autonomie, c’est le défi que lance la Fondation I See ”
- Frédéric Storme -

Comment réprimander votre chien

Le mois dernier, nous avons vu comment récompenser votre chiot, afin de féliciter et valider un comportement souhaité. Aujourd'hui, nous allons voir comment le réprimander lorsqu'il fait une bêtise. Apprendre la sanction à votre chien est tout aussi important que lui apprendre la récompense. Cela vous permettra de lui mettre des limites et de stopper tout mauvais comportement.

Le mois dernier, nous avons vu comment récompenser votre chiot, afin de féliciter et valider un comportement souhaité. Aujourd’hui, nous allons voir comment le réprimander lorsqu’il fait une bêtise. Apprendre la sanction à votre chien est tout aussi important que lui apprendre la récompense. Cela vous permettra de lui mettre des limites et de stopper toute mauvaise attitude.

La réprimande a pour but de diminuer ou de faire disparaître un comportement.

Ce qu’il ne faut pas faire :

  • Être violent. Il faut être juste, proportionné et cohérent par rapport au mauvais comportement. Frapper votre chien et lui faire du mal ne servira à rien à part à ce qu’il vous craigne et qu’il perde confiance en vous.
  • Être incohérent sur la sanction. Elle doit être systématique ! Si elle ne l’est pas, votre chiot ne vous considérera pas comme un être fiable et vous testera toujours « juste au cas où ».
  • Mettre le nez du chien dans son pipi. Ça ne sert strictement à rien.
  • Crier. Vous perdez alors vos moyens, n’envoyez pas un message clair et vous risquez de perdre toute crédibilité.
  • Engueuler, crier, punir votre chiot quand vous rentrez chez vous.
  • Utiliser un objet de type journal, latte, bouteille pour le punir ou lui faire peur.
  • Courir après votre chien s’il a volé quelque chose qui n’est pas nocif pour lui. Si c’est nocif, dans ce cas-là, vous pouvez courir… mais chez le vétérinaire.

Tous ces comportements sont à bannir. Si ce n’est pas le cas, vous risquez de rendre votre chiot stressé et anxieux, de développer d’autre mauvais comportement chez lui ou pire d’aggraver les choses. Évitez au maximum de tomber dans ce cercle vicieux.
 
Une sanction ne doit jamais durer dans le temps. Ne soyez pas rancunier. Votre chien ne comprend pas cela et il trouvera la sanction injuste si elle dure trop longtemps : il ne comprendra plus pourquoi il est puni, surtout s’il vous a envoyé des signaux de soumission ou d’apaisement. Si la sanction est trop longue, il risque de vous répondre, de mordre, se défendre, tout simplement, car vous êtes injuste envers lui.
 

Comment avoir une bonne réprimande ?

Pour cela, vous devez construire un marqueur d’arrêt : un simple « Non ! » ferme peut suffire. Au début de son éducation, votre chien ne sait pas ce que ce son signifie, il faut donc lui apprendre ce que « Non ! » veut dire.
Dès qu’il fait une bêtise, allez tout près de lui et surprenez-le en utilisant le marqueur d’arrêt, dans mon exemple « Non ! », tout en étant le plus impressionnant possible.
 
Ensuite, laissez-lui la possibilité de renoncer à ce qu’il est en train de faire. Pour ceci, il suffit d’attendre quelques secondes, s’il cesse, vous êtes sur la bonne voie. Sinon, vous allez devoir être plus strict et plus impressionnant. Danse ce cas, vous allez le prendre par la peau du dos (comme sa mère ferait) et lui redire « Non ! » d’un ton plus ferme et en même temps faire obstacle (face à son occupation) pour l’obliger à renoncer.
 
Après chaque sanction, il faut toujours apaiser votre chien : proposez-lui une activité agréable.
 
Exemple : Votre chien mâchouille votre pantoufle, vous le réprimandez correctement et il cesse son mauvais comportement. Pour terminer, proposez-lui de jouer avec vous ou donnez-le un jouet d’occupation pour qu’il puisse continuer à mordiller.
 
Faites attention au timing de la réprimande. Comme pour la récompense, elle doit toujours être donnée au bon moment.
 
Exemple : Si vous réprimandez votre chiot quand il mâchouille la pantoufle, il risque de comprendre que mâchouiller quelque chose est interdit, mais si vous l’observez bien -et que vous le punissez au moment où il est intrigué pour cette pantoufle, vous lui faites comprendre qu’avoir de l’intérêt pour cet objet n’est pas bien.
 
Il est important de consacrer du temps à votre chiot afin de pouvoir anticiper les choses.
 
Il est également primordial de comprendre que la réprimande et la récompense sont les deux faces de la même pièce. L’un ne va pas sans l’autre. Car si vous autorisez quelque chose, cela veut dire que vous interdisez aussi autre chose et vice versa.
 
Exemple : Si vous interdisez à votre chien de sauter sur vous, vous l’autorisez à rester les 4 pattes par terre. C’est pourquoi vous allez le réprimander quand il saute, mais le féliciter quand il ne saute pas.
 
Gardez aussi à l’esprit l’importance de répondre aux besoins de votre chien. S’il fait des bêtises, il possible que vous ne répondiez pas à ses besoins physiologiques. N’hésitez pas à consulter notre article « Prendre soin de votre chiot ».
 
En conclusion, tout comme la récompense, la réprimande est une question de rigueur, cohérence et patience. Essayez, vous verrez !

De l’aide ou des infos?

contact@fondationisee.be
0475/22.22.02

Témoignage de Liban

Témoignage de Liban

Liban est un jeune Djiboutien de 33 ans arrivé en Belgique il y a quelques années, il est blogueur. Sa passion : écrire des articles, partager ses (...)


Témoignage de Liban